Solutions Naturelles ou Technologiques

Face aux différentes pollutions de l'air, il y a bien sûr des conseils de bon sens mais il y a aussi l'aide du naturel via les huiles essentielles purifiantes ou l'approche technologique de l'oxygénation cellulaire. Mal respirer n'est pas une fatalité!

NOUVEAU:
EOLIS AIR MANAGER
La filtration de l'air des professionnels !

Les solutions intérieures pour votre logement    
Apprendre à mieux respirer


VIDEO AIR

L'air: généralités (6'28)

"Les pollutions" (3'28)

   

Présentation Bol d'Air Jacquier (4'58)

Présentation Airnergy (5'18)

Présentation Diffuseur HE (2'28)


« On devrait construire les villes à la campagne, l’air y est plus pur ! »
(Alphonse Allais)

Aller à l'essentiel ? Diffuser l'information ?
Téléchargez la Fiche Naturopathie
 La qualité de l'air
Prévention et Vitalité
Et la Fiche Solutions
Mieux respirer

 

Il est facile d'avoir le mal de l'air: il suffit de s'intéresser au sujet!  De là à stresser à chaque inspiration, il n'y a qu'un pas qu'il serait toutefois malsain de franchir... puisqu'il existe des solutions!

Certes, vous ne pouvez pas faire grand chose face à la pollution atmosphérique. Vous pouvez éviter de jogger en bordure de périphérique ou faire le choix de la campagne (pour autant que l'air n'y soit pas trop affecté par l'agriculture productiviste). Vous pouvez aussi, via votre consomm'Action limiter le développement de l'industrie chimique et préférer le vélo à la voiture (mais pas dans le trafic routier).  Vous pouvez militer en faveur d'une association de protection de l'environnement et faire preuve de compassion vis-à-vis des abeilles. Mais globalement, il vous faudra bien assumer la pollution léguée par l'industrialisation et le confort moderne.

La bonne nouvelle est que votre environnement intérieur est souvent bien plus pollué que l'extérieur et qu'il est possible, à ce niveau là, de faire preuve de bon sens!  Vous pouvez également apprendre à mieux respirer via quelques exercices simples.

 

 

Les solutions intérieures pour votre logement

 

Partant du principe que l'air extérieur est toujours meilleur qu'un air intérieur non renouvelé, veillez en premier lieu à bien aérer en ouvrant grand vos fenêtres 5 minutes au moins tous les jours (et à chaque fois qu'il fait beau ou que vous y pensez!)

Veillez à votre ménage, à l'accumulation de poussières et au développement des moisissures ou de l'humidité. Pensez notamment à nettoyer vos grilles de ventilation et à bien ventiler votre sous-sol. Utilisez un déshumidificateur si besoin et jetez tout objet endommagé par l'humidité.

Eliminez tout produit chimique non indispensable et, si vous devez en stocker, faites le le plus loin possible de vos lieux de séjour. Optez pour les alternatives biologique et ayez le réflexe huiles essentielles, capables de remplacer quasiment tous les produits ménagers. Voir notre site www.aromatheque.ch  Le bicarbonate de soude et le vinaigre sont également très utile pour nettoyer et détartrer.

Ne diffusez surtout pas de désodorisant chimique ("parfums de synthèse" ou "parfum" sans autre indication) pour masquer une mauvaise odeur: vous ne feriez que polluer davantage via un cocktail de molécules de synthèses  allergisantes voire cancérigènes. La preuve: il est noté sur les étiquettes de ces produits "bien ventiler après usage" (sic!) Là encore, les huiles essentielles sont la solution, voir notre section "Désodoriser".

Même prudence vis-à-vis des encens (les bâtonnets renferment toujours du bois et du charbon ainsi qu'une pléthore de produits chimiques et peuvent ainsi dégager jusqu'à 1 251 µg/m3 de phtalates et 69 µg/m3 de formaldéhyde alors que le seuil autorisé par l'OMS est de 10µg/m3 !), du papier d'Arménie, des bougies, des brûle-parfums,... en fait de toute substance qui se consume!  "DANGER La plupart des produits censés purifier l'air dégagent des substances cancérigènes et allergènes." alertait le magazine Que Choisir en décembre 2004.  Si vous ne pouvez pas vous en passer, ouvrez au moins vos fenêtres après usage.  Et pour véritablement purifier et ioniser votre air, investissez dans un véritable diffuseur d'huiles essentielles!

Mesdames et Messieurs, puisque vous le valez mieux, soignez votre beauté extérieure via des produits cosmétiques bio sans parfum de synthèse! Vous éviterez ainsi d'irriter votre peau et de financer la manipulation industrielle à grande échelle (les principes actifs sont minimes dans une crème cosmétique de grosse marque!) Voir www.beautebio.ch   Vous avez compris je pense également qu'il convenait aussi de changer de marque de déodorant ? 

Ne lavez pas à sec vos vêtements dans l'un des 8000 pressing utilisant encore du perchloroéthylène. L'Ineris (Institut national de l'environnement industriel et des risques) cite le cas de la mort subite d'un nourrisson à la suite de la pose dans sa chambre de rideaux sortant directement du pressing...  Attention aussi au transport de ces vêtements en voiture, sans aération préalable...  Il existe désormais des pressing écologiques sans danger, en outre plus respectueux de l'environnement.

Tant qu'à faire, choisissez aussi une lessive écologique mais lisez quand même les étiquettes!  Aussi surprenant que cela puisse paraître, l'Ecolabel Européen autorise en effet les parfums synthétiques, spécifiés alors uniquement sous le nom "parfums". La marque Rainette (au savon de Marseille), pourtant allemande, est ainsi à éviter...

Aérez lorsque vous cuisinez ou utilisez une hotte dont le filtre est encore en bon état. Limitez l'usage des poêles Anti-Adhésives en Téflon (polytétrafluoroéthylène) qui, à partir de 230 degrés (2-3 minutes de chauffe seulement), émettent des gaz neurotoxiques. Préférez de toute manière une cuisson douce pour préserver vos vitamines, voir le site Nutrition du Portail.

Evitez absolument la climatisation!  Outre la consommation électrique et la pollution générée, l'air climatisé ne possède plus aucun ion négatif!  En outre, le filtre est le plus souvent dégueulasse (dans ces circonstances, vous me pardonnerez  je pense l'expression)

 

La teneur en ions négatifs (anions) dans l'air

Au pied d'une cascade 50 000 ions négatifs / cm3 Sentiment de légèreté, de bien-être, de vitalité...
via notamment la production de sérotonine au niveau du système nerveux, une hormone qui entraîne une sensation de détente et est ainsi parfois appelée
"l'hormone du bonheur". Autres bénéfices: la fluidification du sang, la régulation de la tension artérielle et le renforcement des systèmes immunitaire, musculaire et hormonal...
Montagne 8 000 à
12 000
Bord de la mer 4 000
Forêt 3 000
Après un orage 1 500 à 4 000
Campagne 500 à 1 200 Le seuil d'équilibre est de 1 500 / cm3
Ville 200 Irritabilité, nausées, maux de tête, asthme, allergies, fatigue nerveuse, troubles de la concentration et de la mémoire, tristesse, mal-être, dépression...
Bureau 20
Voiture 14
Climatisation 0


Un ion est un atome électriquement chargée qui a gagné (ou perdu) un ou plusieurs électrons. Un ion n'est donc jamais électriquement neutre. Les cations (H+), liées aux pollutions, sont des ions chargés positivement car ils ont perdu leur électron. Les anions (H-), bénéfiques, sont au contraire des ions chargés négativement car ils ont gagné un électron. Plus un milieu est riche en électron et plus il est réducteur. Au contraire, plus il est pauvre en électron et plus il est oxydant, voir par exemple le concept de rH2 et le potentiel d'oxydoréduction de l'eau. Voir également l'eau hydrogénée, l'eau la plus anti-oxydante au monde!

Comme le précise la pharmacienne Diane Di Nota, "toute atmosphère en vase clos se charge peu à peu d'ions positifs, responsables de pathologies diverses, en particulier celles liées au stress". Les principales sources de ces bien mal nommés ions positifs sont la fumée de cigarette, les écrans, les moquettes et autres tissus synthétiques, les COV, la poussière, le chauffage central ou la climatisation.

Le professeur Jacques Métadier rendit des rats agressifs en surchargeant l'air d'ions positifs tandis qu'un air ionisé (chargé donc d'ions négatifs) permettrait de limiter la prolifération des bactéries. Comment ioniser son atmosphère ? La meilleure approche reste la purification de l'air via la diffusion d'huiles essentielles.

Lors de travaux de rénovation, privilégiez les peintures et colles les plus naturelles possibles et aérez bien. Idéalement, évitez d'y séjourner durant une quinzaine de jours.

Si vous avez des animaux domestiques, brossez-les régulièrement à l'extérieur, lavez-les, et ne les traitez pas (antipuces par exemple) avec des produits chimiques toxiques. Les produits naturels (idéalement sous forme de gel) sont moins efficaces mais autrement mieux tolérés.

Optez pour des plantes vertes "respiratoires" mais ne gâchez pas tout en les laissant prendre la poussière, des moisissures, en les traitant chimiquement ou en les faisant baigner dans de l'eau stagnante (videz l'eau de la soucoupe et ratissez la terre en surface).  Des alternatives de traitements bio sont désormais largement diffusées mais de l'eau dynamisée sera encore bien plus efficace pour leur épanouissement!  Voir www.eaunaturelle.fr

 

Le choix des plantes

Diane Di Nota parle de plantes "3D" qui "décorent, déstressent et dépolluent" et dont les effets ont été étudiés dès 1974 par le docteur Wolverton, ingénieur à la NASA. Elle en présente une vingtaine mais voici notre top 3, choisis pour leur beauté, résistance et polyvalence:

N°1: Chamaedorea seifrizii

Ce petit palmier (rarement plus d'1m50 d'où son surnom de "palmier nain"), palmier le plus cultivé au monde, s'accommode de quasiment toutes les pièces et luminosités. Son feuillage très souple et élégant verdira tout recoin de pièce. Il obtient chez Diane Di Nota la "palme d'or de la dépollution" avec une note de 9/10 (ex aequo avec Phoenix roebelenii, Rhapis excelsa et le Ficus ci-dessous) : benzène, xylène, ammoniac, formaldéhyde et trichloréthylène.

N°2: Ficus elastica robusta

Comme son nom l'indique, robusta est robuste et tolère de gros écart de luminosité et de température. Comme le dit Diane Di Nota, qui lui attribue également la note maximale de 9/10, "son graphisme très design luivaut d'être l'élue des architectes d'intérieur". Grand pouvoir de dépollution vis-à-vis du xylène, toluène, ammoniac et formaldéhyde. Attention: sève urticante et feuilles toxiques.

N°3: Spathiphyllum wallisii "Mauna Loa"

Cette magnifique plante très caractéristique est parfaite pour l'intérieur pour peu que l'humidité ambiante soit assurée et que l'on évite les courants d'air. Ses capacités épuratrices sont exceptionnelles et durent tout au long de l'année: formaldéhyde, ammoniac, xylène, toluène, acétone, trichloréthylène et alcools.  Cerise sur le beau gâteau: elle transpire aussi beaucoup et aide à l'humidification de l'air. Attention: sève irritante et baies rouges toxiques.

 

Dès 1771, le pasteur Priestley (voir section Oxygène) mettant en évidence la phytodépollution en observant l'absorption du CO2 par les plantes (voir la notion de phytosynthèse dans la section Atmosphère).  Nous savons aujourd'hui que ce processus contribue aussi à la purification de l'air via l'émission de ions négatifs. Or les micropolluants qui acquièrent une charge négative sont éliminés! Les plantes transpirent également et aident à maintenir un bon niveau hygrométrique.

 

Evitez autant que possible les meubles en agglomérés, même si vous adorez jouer du tournevis. Si vous en montez parce qu'ils coûtent quand même - il faut bien l'admettre - beaucoup moins cher tout en étant plus fonctionnels et faciles à transporter, aérez correctement les pièces dans les semaines suivant l'installation. Bonne nouvelle: de plus en plus de fabricant garantissent désormais de moindres émissions de formaldéhyde et autres COV...

Evitez aussi les tapis (notamment ceux traités anti-mites) ou aérez-les quelques semaines avant de les installer. Même chose avec les revêtements de sol et les moquettes, sauf ceux garantis sans trop de saloperies chimiques (linoléum préférable au PVC, colle labéllisée, parquet sans sous-couche et sans colle,...). Pas d'illusions toutefois à avoir vis-à-vis des moquettes: elles attirent mécaniquement les poussières et il faudra donc veillez à leur grande propreté...  Là encore, les huiles essentielles en diffusion pourront aider en profondeur: même l'odeur du tabac sur la moquette n'y résiste pas!

Prudence également avec la propreté de votre aspirateur. Si ses filtres sont encrassés ou plein de poussière, le moindre ménage disséminera la pollution dans tout votre intérieur...  Attttttchoum!  Nec plus ultra, les aspirateurs munis d'un filtre HEPA pour "Haute Efficacité pour les Particules Air".

Limitez la prolifération des acariens en lavant régulièrement vos housses de matelas, eux-mêmes aérés au soleil et idéalement en latex ou en synthétique plutôt qu'en laine ou coton (les acariens adorent!). Attention aussi aux tapis, animaux en peluche (à placer ponctuellement au congélateur), rideaux, etc.

 

La protection prioritaire des enfants

  • Aérer et nettoyer régulièrement leurs chambres.

  • Limiter les objets et les jouets en plastique au profit des jouets en bois et d'un mobilier massif.

  • Supprimer autant que possible les fournitures scolaires toxiques (feutres, marqueurs, correcteurs, colles,...).

  • Placer ponctuellement leurs animaux en peluches lavables dans le réfrigérateur ou congélateur.

  • Attention au nettoyage et aux lessives utilisées pour leurs vêtements.

  • Pas d'animaux domestiques (a fortiori traités anti-puces!) dans leur chambre ou sur leurs lits.

  • Jamais d'écrans fixes dans la chambre des enfants et le minimum d'équipement électronique. Voir www.protection-ondes.ch

  • Et bien sûr diffusez régulièrement des huiles essentielles douces dans leur chambre, hors de leur présence et jamais sans sursaturer l'air.

 

Vérifiez régulièrement le bon fonctionnement et l'aération de votre système de chauffage. Faites ramoner régulièrement votre cheminée mais, si vous le pouvez, optez pour un foyer fermé et idéalement un poêle de masse. Stockez votre bois à l'extérieur, évitez les résineux (pin, sapin) et les bois traités et assurez-vous qu'il soit bien sec.

Ne faites pas tourner de moteur dans votre garage, à fortiori s'il est situé sous votre maison! N'y entreposez pas alors non plus de produits toxiques ou veillez au minimum à la bonne ventilation.

Dans votre jardin ou sur votre balcon, privilégiez les traitement bio et évitez de rentrer avec vos vêtements de travail (pour le balcon, ça devrait aller...)

En voiture, attention à tous les produits chimiques que vous risquez d'y transporter (vêtements du pressing, produits chimiques,...) en plus de la pollution extérieure dans les embouteillages. Nettoyez régulièrement votre véhicule, vérifiez la propreté de votre ventilation et aidez-vous des huiles essentielles.

Ne fumez pas à l'intérieur ?  Allez, soyons fou: ne fumez pas tout court!  Et si vous souhaitez vraiment arrêter de fumer, l'acupuncture sera très efficace!

Enfin, pour les conseils sur la protection contre les ondes électromagnétiques, voir le site Ondes du Portail.

 

Pour récapituler,
comment se garantir un air de qualité chez soi ?

  • Aérer régulièrement ses pièces.

  • Faire la chasse à la poussière, à l'humidité et à la chimie.

  • Ne rien fumer, ne rien faire brûler, ne pas climatiser.

  • Privilégier les meubles et produits les moins polluant ainsi que les solutions naturelles (notamment les huiles essentielles).

  • Ne pas trop chauffer (18°C est le maximum recommandé pour les pièces à vivre)

  • Gardez un taux d'humidité compris entre 40 et 60% en hiver.

  • Installer une petite fontaine (propre) sur son bureau (ionisation)

  • Limitez l'électronique et le sans-fil (ondes électromagnétiques)

  • Soyez d'autant plus rigoureux pour la chambre de vos enfants.

  • Et bien sûr investir dans un diffuseur d'huiles essentielles performant!

Autres solutions sous les sections "Radicaux libres" et "Le business de l'air"

 

 

Apprendre à mieux respirer


« Nous avons un souffle physique et un souffle énergétique.
Le souffle physique nourrit notre corps, préserve la santé de nos organes, nettoie notre sang
et, surtout, il nous permet de rester en vie. Notre souffle énergétique nous stabilise.
Grâce à lui, nous maîtrisons nos émotions […] et nous sommes davantage à l’écoute
de notre intuition et de nos instincts
.
»
(Joy Manné, Je respire bien !, Editions Jouvence)

 

C'est triste mais c'est ainsi: nous ne savons pas respirer ou, plus exactement, nous respirons souvent très mal, superficiellement et sans aucune conscience. Tant mieux dans un sens car cela nous permet de rester en vie sans avoir à y penser. D'un autre côté, « Celui qui se laisse vivre se laisse mourir » (Docteur Pauchet)... 

Ainsi, si nous laisserons naturellement notre système nerveux aux commandes de la plupart de nos 23 000 cycles respiratoires quotidien (pour un total de 8000 litres d’air), nous devrions aussi décider consciemment d'en gérer quelques uns et ceci d'autant plus que la respiration est la seule fonction vitale dépendante du système neuro-végétatif que nous pouvons (en partie) contrôler!

Le souffle est également le miroir de nos émotions, d'où des expressions comme "en être soufflé" ou "avoir le souffle coupé".  Une respiration saccadée et accélérée est le signe d'un épuisement émotionnel tandis qu'une respiration lente et régulière traduit une relative sérénité (ou un effort pour la retrouver).

L'expression "avoir de l'inspiration" établit également un lien clair entre le fait de respirer et d'avoir les idées claires, l'oxygène étant, rappelons-le, le premier aliment des cellules et du cerveau.

"Respirer mieux relâche, déverrouille, attendrit, ouvre. Si je n'inspire plus avec méfiance, e si je n'expire plus avec retenue, peut-être que c'est toute mon attitude vis-à-vis de l'extérieur, des autres ou des circonstances, qui se transforme, et le cours des événements qui se modifie. Si le nez de Cléopâtre, comme dit Pascal, avait été plus court, la face du monde aurait été changée... mais si sa respiration avait été plus longue, le monde aurait peut-être meilleure mine! [...] Plus ample est ma respiration plus s'agrandit le champ du possible, car je dispose de plus d'air, d'espace, pour que se développent mes potentiels, mes rêves et mes projets [...] Au-delà des mots, la respiration nous fait sentir la vie" note Catherine Ternaux dans son excellent petit livre Respirer la vie.

"La respiration est un guide infaillible sur le chemin de la connaissance de soi. Elle est le miroir de notre état. Il en résulte que des exercices respiratoires constituent une aide précieuse nous permettant d'entamer un travail en profondeur sur notre moi. C'est la respiration qui nous offre la possibilité de contrôler notre moi profond et constater les progrès que nous faisons" écrit pour sa part Alice Schaarschuch, spécialiste de la rééducation respiratoire (citée par Suzanne Barknowitz dans son livre La Respiration, une fonction vivante).

Respirer, c'est vivre. Mieux respirer, c'est mieux vivre. Pour mieux s'oxygéner, régénérer son organisme en profondeur ou davantage contrôler ses émotions, voici donc un petit listing des techniques respiratoires de base:


L'habitude de la respiration abdominale:

Nous avons vu dans la section Respiration qu'il existait deux types de respiration: la ventilation pulmonaire et la respiration cellulaire. Nous ne sommes généralement conscient que de l'inspire et de l'expire et plaçons donc tous nos espoirs dans le bon fonctionnement de nos poumons. Nous respirons ainsi généralement "par le haut" ou le thorax.

« Haut et bas s'inversent » dit toutefois Lao Zi (2-6) et nous avons vu, dans la section Symboliques de l'air, que les asiatiques localisent plutôt la respiration et le Qi dans le ventre. Les sages respirent traditionnellement en conscience "par le bas" ou l'abdomen... mais les bébés (sans en avoir conscience) aussi!  "Peut-on, en cultivant son Qi, devenir aussi souple qu’un nouveau-né ?" demandera ainsi Lao Zi (10-2)

"Ceux qui ont une respiration profonde se nourrissent vraiment, tandis que ceux qui respirent superficiellement se maintiennent juste en vie, mais se nourrissent pas" insiste Omraam Mikhaël Aïvanhov dans le petit livre La Respiration, dimension spirituelle et applications pratiques.

Si vous ne savez pas comment vous respirez, allongez-vous et placez une main sur votre ventre et une autre sur votre thorax. Laquelle s'élève en premier ?  Si c'est celle du thorax, vous êtes dans la catégorie "habituelle" et n'utilisez pas au mieux vos capacités respiratoires. C'est une bonne nouvelle car vous pouvez ainsi facilement gagner en énergie!

• Debout au grand air ou alors allongé, placez une ou deux mains sur votre ventre.
• Commencez par expirer bien profondément et bruyamment "pfffff!" sur quelques cycles.
• Inspirez calmement sur 4-5 secondes par le nez en vous concentrant sur votre ventre.
• Expirez calmement sur 4-5 secondes par votre bouche en vidant votre ventre.
• Recommencez une dizaine de fois.
• Pratiquez cet exercice chaque fois que vous y pensez et disposez de quelques minutes (file d'attente, feu rouge, etc).
• Effectuer cet exercice allongé et les yeux clos, dans le calme, permet de  relaxer la musculature abdominale et de mieux se rendre compte des mouvements du ventre ainsi que du trajet de l'air dans l'organisme. Il sera toutefois préférable de rapidement vous lever afin de pouvoir pratiquer plus souvent.
• Pratiquer l'expiration tout en gonflant un ballon oblige à davantage pousser au niveau du ventre.
• Après avoir bien acquis la respiration abdominale et si vous souhaitez faire le plein d'air, continuez à inspirer via la cage thoracique et les poumons une fois votre ventre entièrement gonflé. Vos épaules vont alors naturellement se redresser. Retenez votre souffle durant quelques secondes. Expirez calmement en partant de vos poumons et en finissant par votre abdomen, comme un lavabo se vide par le bas.

"La respiration profonde maîtrisée aide le corps à transformer l'air que nous inspirons en énergie. Le flot d'air vivifié [...] crée une énergie interne qui se propage dans tout le corps et qui peut être guidée à volonté dans les parties souffrantes qui en ont le plus besoin" explique Nancy Zi dans son livre L'Art de respirer.

Ce type de respiration ample et profonde permet également d'améliorer l'oxygénation cellulaire et de mieux évacuer les déchets gazeux. Progressivement, elle deviendra une habitude et vous permettra d'optimiser votre respiration et donc votre vitalité.



La Respiration Profonde pour bien démarrer la journée ou pour se ressourcer:


• A jeun ou quatre ou cinq heure après le repas (la digestion nuit à un exercice de qualité).
• Idéalement au lever du soleil, au moment où l'énergie du cosmos est à son apogée.
• Ouvrez grand votre fenêtre et, debout, parcourez un instant le paysage du regard en y cherchant les éléments apaisants (la nature, généralement)
• Pendant un temps (par exemple 4 secondes), inspirez par le nez en partant de votre ventre: gonflez d’abord celui-ci (posez votre main pour mieux le ressentir) puis passez à votre poitrine. Pensez à l’énergie qui vous pénètre.
• Pendant 3 ou 4 temps (ici 12 ou 16 secondes), retenez votre respiration. Pensez à l’énergie qui se diffuse à toutes les cellules de votre organisme, au calme, à l'amour ou à la paix.
• Pendant 2 temps (ici 8 secondes), expirez par la bouche en partant de vos poumons et en finissant par votre abdomen (comme un lavabo se vide par le bas). Pensez aux impuretés de votre corps qui sont éliminées, au lâcher prise.
• Recommencez en augmentant éventuellement la durée du cycle mais sans forcer. Vous ne devez jamais être hors d’haleine et il ne s’agit pas de battre des records.
• Au bout de cinq minutes, votre corps et la pièce seront correctement oxygénés et votre mental régénéré!

"Ce mouvement de flux et de reflux est la clé de tous les rythmes de l'univers. En tâchant de la rendre conscient en vous-même, vous entrez dans l'harmonie cosmique et il se fait un échange entre l'univers et vous, car en inspirant vous recevez des éléments de l'espace, et en expirant vous projetez en retour quelque chose de votre coeur et de votre âme." explique Omraam Mikhaël Aïvanhov.

 

La variante "narinale alternée":

• Debout au grand air, à jeun.
• Bouchez votre narine droite et inspirez calmement et profondément par votre narine gauche.
• Retenez votre respiration.
• Bouchez votre narine gauche et expirez lentement par la narine droite.
• Inspirez maintenant par votre narine droite, patientez puis expirez par la narine gauche.
• Répétez l’opération en changeant à chaque fois de narine.
• Terminez en inspirant par le nez (oui, avec les deux narines) et expirez par la bouche (sans narines).
• Vous pouvez évidemment combiner cette technique avec la respiration profonde (1, 3 et 2 temps)

"Dans la tradition yogique les deux narines ne sont pas équivalentes. La narine gauche, Ida, est lunaire (principe féminin correspondant au yin, à l'intériorisation et au système parasympathique de notre organisme qui ralentit les rythmes) et la narine droite, Pingala, est solaire (principe masculin correspondant au yang, à l'activité, et au système sympathique qui stimule). C'est pourquoi le pranayama comprend des exercices de respiration alternée pour stimuler l'une ou l'autre" explique Catherine Ternaux.

 

 

La Cohérence Cardiaque:

• Asseyez-vous sur une chaise, en tailleur ou dans la position du lotus… La position a peu d’importance, pourvu qu’elle soit confortable, que vos pieds touchent le sol à plat et que votre dos soit bien droit. Fermez les yeux et détendez-vous : relaxez vos yeux, votre mâchoire, votre visage, vos épaules...
• Inspirez tranquillement par le nez en comptant mentalement jusqu’à 5… Expirez par la bouche entrouverte en comptant mentalement jusqu’à 5 puis marquez une petite pause (pas plus d’une demi-seconde) avant de reprendre…
• Inspirez. Expirez et marquez une petite pause…
• Continuez selon ce rythme apaisant et sentez votre cœur se dilater de chaleur et de bien-être…

David Servan-Schreiber, dans son ouvrage Guérir, va jusqu'à évoquer « un véritable rajeunissement de la physiologie » à propos de ce simple exercice. « Si le stress peut faire tant de mal, cela ne me surprend qu'à moitié que sa maîtrise intérieure puisse faire tant de bien » écrit-il

La cohérence cardiaque traduit un fonctionnement harmonieux du pilote automatique de l'organisme (le système nerveux autonome) et une juste répartition entre  "l'accélérateur" du système nerveux sympathique (SNS), que nous avons tendance à trop solliciter et le "frein" du système nerveux parasympathique (SNP), qu’il est possible d’utiliser consciemment.

Ce frein sera notamment sensible à un rythme respiratoire particulier à la cadence de 0.1 Hz (appelée "fréquence de résonance") qui peut être atteinte en respirant profondément au rythme régulier de 6 respirations par minute, soit une respiration toutes les 10 secondes: 4-5 secondes d'inspiration, 4-5 secondes d'expiration et 0,5 seconde d'arrêt.

Pour plus de détails sur cette technique et son apprentissage via un logiciel de biofeedback, voir notre site  Psychowell
 

 

La Méditation

La méditation est un exercice à la mode mais qu'est-ce donc sinon qu'un exercice de respiration en pleine conscience ? Durant un laps de temps, on se concentre simplement sur sa respiration... en s'essayant autant que possible au vide mental. "Vider les esprits mais remplir les ventres (de souffle)" conseille Lao Zi (3-5)

• Directement ou après quelques minutes de respiration profonde ou de cohérence cardiaque, fermez les yeux et concentrez-vous sur votre respiration. Vous pouvez choisir de fixer votre attention, soit sur votre ventre (« gonfle, dégonfle, gonfle, dégonfle,... »), soit sur votre nez (« entre, sort, entre, sort »).
• A chaque fois que votre pensée dévie (et elle déviera !), prenez conscience de votre pensée "déviante" et essayez de revenir à votre respiration. Compter mentalement à chaque inspiration et expiration peut également vous aider : « 1 » j’inspire, « 2 » j’expire, « 3 » j’inspire, etc… A chaque fois que votre pensée dévie, reprenez à zéro et n’allez pas au-delà de 10 : la pensée du record à battre serait elle-même déviante...
• L'appareil d'oxygénation cellulaire Airnergy est une aide précieuse à la méditation grâce au flux d'air très agréable au niveau du nez. Il est plus facile de se concentrer et la méditation plus profonde, sans risque de dépasser les 21 minutes de la séance.

Il existe d’autres variantes de la méditation. Vous pouvez choisir de réciter une prière, un court poème, une formule style méthode Couée (« tous les jours, à tout point de vue, je vais de mieux en mieux ») ou un mantra (dont les racines en sanskrit signifient « protecteur de l’esprit »). Les religieux catholiques utilisent pour cela un chapelet : réciter toujours la même chose, sans se préoccuper du sens des mots, libère l’esprit et permet de développer sa sérénité. Une méditation analytique permettra quant à elle d’analyser un thème ou une vertu donnée (l’amour, la générosité, l’impermanence de toutes choses, la loi du karma, le pardon,…) Mieux vaut toutefois faire preuve de persévérance à l’égard d’une seule méthode (ou combinaisons de méthodes) : les résultats ne viendront qu’à force de pratique.

"Respirer et savoir que nous respirons est une pratique fondamentale. Personne ne peut vraiment réussir dans l'art de la méditation sans passer par la porte de la respiration. Pratiquer la respiration consciente, c'est ouvrir la porte à s'arrêter et regarder profondément dans le but de pénétrer dans le domaine de la concentration et de la vue profonde" explique Thich Nhat Hanh. Tout d'abord: j'inspire et je suis conscient que j'inspire; j'expire et je suis conscient que j'expire. Puis: j'inspire et j'accueille en moi la vie; j'expire et je communique avec la vie.

Rappelez-vous : si vous avez du mal à rester concentré, ne vous en faites pas, c’est normal. Dans les six perfections bouddhistes, classées par ordre de difficulté croissante, la concentration arrive en avant dernier (devant la Sagesse) ! Si vous vous endormez ou laissez votre esprit vagabonder, cela n’a aucune importance. La méditation est le contraire de la tension, du stress ou de la performance.

Il convient aussi de comprendre que l’on ne médite pas pour aller profondément en soi et se retirer du monde… La pratique quotidienne consiste au contraire à développer une conscience et une ouverture complète à l’égard de toutes les situations et émotions, en expérimentant chaque chose sans aucune restriction mentale ou blocage. On développe un sentiment d’ouverture complète de soi à tout l’univers, avec une simplicité absolue, la nudité de l’esprit et la libre circulation de l'énergie!

 

 

Le Yoga indien

Egalement très à la mode, le yoga regroupe de très nombreuses écoles et variantes,  mais consiste généralement en Occident en une série d'exercices physiques doux liées au souffle et désignés à tort sous le terme d'Hatha Yoga. Les sages Grecs, plutôt que le terme "yoga" préféraient d'ailleurs parler de "sagesse du souffle".

Il faut dire que "yoga" possède en sanskrit de multiples sens dont l'action d'atteler, une méthode pour dresser les chevaux, une technique ou un mode d'emploi, une discipline spirituelle ou encore un état d'union ou d'unité de l'âme individuel (ātman) avec l'esprit universel (brahman).

Plus traditionnellement, il s'agit donc d'une discipline stricte et globale visant par la méditation, l'ascèse morale et les très nombreux exercices corporels, à réaliser l'unification de l'être humain dans ses aspects physique, psychique et spirituel.

Qui dit yoga dit souffle (et vice versa) mais le souffle doit alors être considéré, tout comme le Qi chinois, dans sa dimension globale de lien énergétique entre le corps et l'esprit.

Une vie ne sera pas de trop pour voir tous les aspects du Yoga (et il vaudra mieux croire en la réincarnation pour espérer les maîtriser) mais une pratique simple, souple et régulière permettra déjà de récolter les apaisants bienfaits de ce type de "respiration dynamique"

Plus spécifiquement, on pourra s'exercer au Prānayāma, la discipline du souffle via la connaissance et le contrôle du prāna, l'énergie vitale universelle. Le terme désigne également un mouvement respiratoire orienté (ā-yāma) vers le souffle vital qui le précède et le soutient (pra-ana).

 

Le Qi-Gong chinois

Etymologiquement Qi gong 气功 [qìgōng] signifie « discipline du Qi ». Nous avons vu en Symboliques de quoi il retournait et nous pourrions donc parler de « discipline du souffle »

Si le Qi Gong est toujours utilisé en Kung Fu pour plier les lames, casser les pierres à mains nues ou se donner l’apparence de l’invulnérabilité, il est avant tout un exercice de santé mentale et physique de tout premier plan, l’un des piliers, avec le Taiji Quan, de la Médecine Chinoise Traditionnelle (MTC).

Il existe quantité d’écoles de Qi Gong (dont le persécuté Falun gong) avec de multiples variantes de mouvements – il y en aurait 18 000 ! – mais les principes de base sont immuables :

• Des mouvements lents et indépendants les uns des autres.
Une respiration synchronisée aux mouvements et localisée dans le bas ventre.
• Une inspiration lorsque l'on s'étire et une expiration lorsque l'on se baisse ou se plie.
• Un état de relâchement et de calme, dans le moment présent.
• La conscience de faire le lien entre le ciel et la terre.
• Une conception taoïste de l’harmonie et de l’équilibre du Yin et du Yang.
• Un état « statique à l’extérieur et dynamique à l’intérieur »

Au final, nous pourrions définir le Qi Gong comme une technique visant à préserver, générer et diffuser l’énergie vitale, un art-philosophie visant à assurer l’unité du corps et de l’esprit à travers le souffle, une technique de méditation dynamique ou encore comme un apprentissage de la voie de la fluidité (de la respiration, du mouvement et de l’énergie). L’objectif est la « maîtrise de l’énergie vitale » et donc in fine, la santé et la vitalité!

A cet égard, mieux vaudra toutefois pratiquer régulièrement quelques mouvements de base que de se lancer dans un superficiel survol de dizaines de variantes. Pour plus de détails sur cette technique ou pour vous y exercer rapidement, voir le site Mouvements du Portail.
 

Pour récapituler,
comment mieux respirer ?

  • Prendre conscience de l'importance de sa respiration.

  • Respirer plus profondément par le ventre.

  • Faire des exercices respiratoires au grand air (ou en ouvrant une fenêtre) au moins une fois par jour, idéalement plus.

  • Démarrer tranquillement et progressivement afin de limiter l'hyperventilation et l'étourdissement.

  • Tester toutes les techniques et retenir celle qui convient le mieux, à laquelle on s'exercera au moins 5 minutes tous les jours.

  • Gérer ses émotions via les techniques respiratoires.

  • Préférer les exercices physiques doux (yoga, qi gong) et les sports d'endurance (natation, vélo, course à pied) aux sports violents ou chronométrés.

  • Envisager un appareil d'oxygénation cellulaire.

  • Lire mon ouvrage Le choix de la sérénité (Editions Jouvence) pour un exercice complet regroupant plusieurs de ces techniques.

  • Autres solutions sous les sections "Radicaux libres" et "Le business de l'air"



Sources d'inspiration (et d'expiration):
http://www.mescoursespourlaplanete.com/mon-air-interieur/
http://www.passeportsante.net
http://www.psycho-ressources.com
Diane Di Nota, La pollution de l'air intérieur, Le courrier du Livre, 2012
Catherine Ternaux, Respirer la vie, La Table Ronde, 2003
Omraam Mikhaël Aïvanhov, La Respiration, dimension spirituelle et applications pratiques, Ed. Prosveta, 1987

 

 

 

www.lemieuxetre.fr
Consulting Ecologique / Benoît Saint Girons / Tél: +41 76 532 8838 / bsg[at]solutionsbio.ch

© Benoît Saint Girons - Tous droits réservés - Données indicatives non contractuelles et susceptibles de modifications